09/03/2011

VILLAGE D'ANO VIANNOS

Catégorie : Monument

Renseignements pratiques

Le village est situé sur la ligne de bus Héraklion-Iérapétra.

village d'ano viannos

Ano Viannos, sur les pentes sud du mont Dikti
© Kydonia Travel

 
Descriptif

Ce gros village accroché au flanc sud du mont Dikti est l'occasion d'une étape agréable, surtout en été, pour son calme et sa fraîcheur. On peut y visiter l'église Agia Pélagia, datant du XIVe siècle et entièrement recouverte de magnifiques fresques d'époque, et le musée folklorique (tous les jours de 10h à 14h) où on peut admirer costumes, instruments de musique, outils traditionnels, et une salle dédiée à Yannis Kodylakis (1861-1920), journaliste et écrivain renommé né au village.

 

21/02/2011

MATALA

Catégorie : Site archéologique


Renseignements pratiques

Plusieurs liaisons par jour avec Phaestos, Mires et Aghia Galini. Pour Heraklion, changer à Mires.

Matala-


La nécropole romaine de Matala
© www.travel-to-crete.com

 
Descriptif:

Matala a été récemment envahie par le tourisme estival mais a réussi a garder un certain charme : pas de constuctions massives et un site naturel toujours beau et harmonieux. L'endroit est célèbre pour sa nécropole romaine creusée à même la falaise de calcaire, qui fut investie par les hippies dans les années 1960 et 1970. On dit que Joni Mitchell, Bob Dylan et Cat Stevens y auraient séjourné. (Visites de 8h à 17h en saison, entrée : 2€) La falaise surplombe une belle plage, longue et profonde mais très fréquentée en été. Matala était l'un des ports de Phaestos et par mer calme on devine les restes de l'ancienne cité, aujourd'hui engloutie.

Sur la plage Kokkini Amos ("plage rouge"), à 30 minutes à pied au sud de Matala, vous retrouverez le calme dans un site naturel splendide à la beauté sauvage, vierge de toute construction.

Au nord de Matala, à 2Km du village de Pitsidia, Komos propose aussi un beau rivage où les tortues de mer viennent enfouir leurs œufs.

 
 
 
 

 

15:53 Publié dans Héraklion | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : matala- |  Facebook

22/01/2011

VILLAGE D'ANOGIA

Catégorie : Monument

Renseignements pratiques

A Panormo, à 25km à l'est de Rethymnon sur la route nationale (New Road), prendre la route sinueuse direction Pérama puis Anogia.

2 liaisons bus par jour avec Rethymnon, 4 à 5 par jour avec Héraklion

village d'anogia.jpg

Tisseuses d'Anogia
© www.crete.tournet.gr

 
Descriptif:

Il perdure à Anogia un inébranlable attachement aux traditions crétoises et à l'esprit rebelle des insulaires. La ville a été fondée au XIIIe siècle par les éleveurs de bétail et les premiers membres de la Filiki Eteria ( société secrète qui préparait la révolution crétoise face à l'occupant ottoman) en étaient originaires. C'est ici aussi que se réfugièrent les kidnappeurs du général allemand Kreipe pendant la Seconde Guerre Mondiale. En guise de réprésailles, les allemands assassinèrent la plupart des hommes et rasèrent une bonne partie de la ville.


Dès l'arrivée dans la partie basse du village, on est saisi par l'atmosphère, hommes en noir, souvent en costume traditionnel, qui jouent au tavli (le backgammon local) aux terrasses des caféneia, boutiques d'artisanat local débordant d'articles tissés sur place… En effet, Anogia est réputé pour ses tissages et ses broderies de bonne qualité : la concurrence est rude entre les femmes du village pour écouler leur production.

Par ailleurs, Anogia est la ville d'origine de plusieurs lignées de musiciens célèbres, tel Nikos Xylouris, sur nommé "l'Archange de la Crète", devenu un véritable mythe local après sa mort précoce en 1980. on peut d'ailleurs visiter sa maison natale, transformée en véritable petit musée couvert de photos. De cette tradition musicale, les habitants gardent un certain esprit festif et les fêtes spontanées ne sont pas rares les soirs d'été à Anogia : le raki coule à flots et il n'est pas rare que des coups de feu tirés en l'air ponctuent les réjouissances.


La principale ressource locale est le mouton sous toutes ses formes (viande, fromage, laine), et la vie du village est rythmée par les obligations de l'élevage ovin. A l'angle de la place Aghios Giorgios, vous trouverez une fromagerie qui vend de la tres bonne graviera et du raki de production locale.

 
 
 
 

 

12/01/2011

VILLAGE D'ANO VIANNOS

Catégorie : Monument


Renseignements pratiques

Le village est situé sur la ligne de bus Héraklion-Iérapétra.

village d'ano viannos.jpg

Ano Viannos, sur les pentes sud du mont Dikti
© Kydonia Travel

 
Descriptif:

Ce gros village accroché au flanc sud du mont Dikti est l'occasion d'une étape agréable, surtout en été, pour son calme et sa fraîcheur. On peut y visiter l'église Agia Pélagia, datant du XIVe siècle et entièrement recouverte de magnifiques fresques d'époque, et le musée folklorique (tous les jours de 10h à 14h) où on peut admirer costumes, instruments de musique, outils traditionnels, et une salle dédiée à Yannis Kodylakis (1861-1920), journaliste et écrivain renommé né au village.

 

14/10/2010

RUINES DE GORTYNE.

Catégorie : Site archéologique


Horaire d'ouverture
Eté 8 h à 19 h.
 
Tarifs
Adulte 4 Euro

 
 Adresse
GR-70012 Aghioi Deka Tel : +30 28 920 31144
 
Renseignements pratiques
36 km au sud-ouest d'Iráklio. Le bus à destination de Festós s'arrête à Gortyne. Il faut compter env. 10 minutes à pied.

ruines de gortyne.jpg

Odéon construit au temps de Trajan (IIe ap J.-C)
Photo Ministère Grec de la Culture

 
Descriptif
Ancienne ville du sud de la Crète, dans la plaine de Massara, dont les origines remontent à l'époque minoenne. Important centre de la Crète dorienne, elle fut la rivale de Cnossos et lui disputa constamment la domination de l'île. Ville morte dont les ruines, dispersées sous de magnifiques oliviers, donnent une idée de ce que put être, à l'époque romaine, une capitale provinciale, on y voit la plupart des bâtiments publics et religieux que devait comporter une telle cité. Gortyne fut, en effet, le chef-lieu de la province de Crète et de Cyrénaïque.

Basilique Haghios Titos
Cette église dédiée à Saint Tite dont il reste surtout l'abside, fut construite, selon
P. Lermerle, au VII e ou au VIll e s. Elle combine le plan de la basilique paléochrétienne
et celui de l'église construite sur plan cruciforme. La basilique s'élevait près de l'une
des deux agorai de Gortyne, dont on ne découvrit que de rares vestiges. L'agora la
plus ancienne, qui datait du VI e s., était associée au culte d'Apollon pythien.

Odéon
Il fut construit au temps de Trajan, au début du II e ap. J.-C. On remarque surtout, gravées sur des blocs de pierre provenant d'un édifice plus ancien, les fameuses lois de Gortyne (abritées et protégées par des grilles). Datées du V e av. J.-C., elles sont rédigées en dialecte dorien et dans un alphabet particulier. Elles distinguent quatre catégories de personnes : les hommes libres, groupés ou non en hétairies, les serfs, attachés à la terre mais auxquels il est reconnu certains droits de propriété, en particulier celui de posséder du bétail et certains biens meubles, et enfin les esclaves. Elles concernent, en outre, les règles régissant la liberté de l'individu, statuent des cas de violence contre sa personne, de la division patrimoniale, des successions, des donations, etc.

 

Historique
Une cité ambitieuse
Le site de l'acropole abrita un modeste petit habitat dès l'époque submycénienne, mais il ne prit de l'importance qu'à partir de l'époque archaïque (fin du VII e s. av. J.-C.). Gortyne se substitua à Phaistos comme capitale de la Messara.

Son histoire n'est vraiment connue qu'à partir du IV e s. av. J.-C., époque à laquelle elle luttait avec Cnossos pour acquérir la suprématie sur l'île. Elle rechercha l'alliance de la Macédoine et fit partie, au Ill e s., du «koinon crétois», association qui groupait quelques-unes des principales cités de l'île. Elle prit part à la guerre de Lyttos (220 av. J.-C.), contre Cnossos. Bien que par la suite elle cherchât à se concilier les faveurs de Rome, elle donna asile au Carthaginois Hannibal en 189.

Enfin la capitale de la Crète
Ce que Gortyne ne put obtenir du temps de son indépendance lui fut enfin accordé sous la domination romaine. Après la conquête de l'île (69-67 av. J.-C.), les Romains en firent, en effet, la première cité de la Crète et la capitale de l'île et de la Cyrénaïque réunies en une seule province.

Au IV e s., l'empereur Constantin le Grand détacha la Cyrénaïque de la Crète, mais Gortyne fut toujours la capitale de l'île et ainsi, dès les premiers temps du christianisme, elle devint une grande métropole religieuse. Elle déclina assez tôt sans doute au moment de l'occupation arabe qui se prolongea pendant plus de 130 ans (827 -961).

 

RUINES D'AMNISSOS.

Catégorie : Site archéologique


Renseignements pratiques

A quelques kilomètres à l'est de Héraklion, par la route nationale (New Road).

On peut aussi prendre le bus ligne 7 qui part de la place Elefthérias, en face du musée archéologique d'Héraklion. Environ 20 minutes de trajet.

ruines d'Amnissos.jpg

 
Coucher de soleil sur la plage d'Amnissos
© Préfecture d'Heraklion

 
Descriptif


Cette petite ville était autrefois l'un des trois ports de Cnossos et la rivière Karteros servait à la mise à flot des navires minoens. La Villa des Lys, vestige de cette cité portuaire, est fameuse pour ses fresques rouges et blanches, représentant non seulement des lys mais aussi iris, menthe et papyrus, qui sont désormais exposées au musée d'Héraklion.

Aujourd'hui, son intérêt principal est sa plage belle et tranquille, un peu de calme avant les rivages sacrifiés au tourisme de masse plus à l'est.


Quelques kilomètres plus à l'est, après le village de Hokkini Kani, le Water Park peut constituer une halte appréciable si vous voyagez avec des enfants.

 
 
 
 

 

01/07/2010

PALAIS DE PHAISTOS.

Palais de Phaistos
Catégorie : Site archéologique


Horaire d'ouverture
De 10 h à 16 h.
 
Tarifs
Adulte 4 Euro

 
 Renseignements pratiques

De Héraklion prendre le bus à destination de Festós ou de Mátala.
Durée de la visite environ 1 heure.

palais de phaistos


 
 

Le Palais de Phaistos
Photo Claude Richardet

 
Descriptif


Le palais de Phaistos était moins vaste que celui de Cnossos, mais les bâtiments furent construits avec plus de soin et avec des matériaux de meilleure qualité. En outre, ils n'ont pas fait, comme à Cnossos, l'objet de restaurations très importantes, de telle sorte que leurs vestiges paraissent plus authentiques.

Le palais fut construit sur une hauteur, avec des terrasses de niveaux différents reliées par des escaliers.

Historique

 
Occupée dès l'époque néolithique, elle fut l'un des centres les plus importants de la civilisation minoenne. Les fouilles italiennes, entreprises depuis 1900, ont dégagé, sur une hauteur dominant la plaine de la Messara, un complexe palatial comprenant deux édifices superposés, avec la même succession de destructions et de reconstructions qu'à Cnossos. Le site fut habité jusqu'à l'époque hellénistique. Au II e  siècle, la ville fut prise par Gortyne et abandonnée.